Orthodontie précoce à Lyon et Villeurbanne :

Intervenir sur les soucis dentaires
le plus tôt possible

Corriger les mauvaises positions des dents ou les postures déviées des mâchoires est la base de l’orthodontie dentofaciale. Réservée souvent à l’âge de la préadolescence, l’orthodontie veille dorénavant à la santé de la dentition de l’enfant dès la mise en place des dents de lait. Une consultation au cabinet permet de dépister les anomalies de façon précoce et permet l’établissement d’un traitement orthodontique adapté.

Orthodontie précoce à Villeurbanne, quand consulter ?

Le suivi des dents de lait est devenu un passage obligé pour optimiser la poussée future des dents définitives. L’orthodontie précoce va bien plus loin que le simple alignement des dents pour l’esthétique ou éviter de futurs problèmes de dentition.
Le traitement orthodontique précoce des enfants permet d’éviter aussi des problèmes respiratoires et masticatoires. N’oublions pas qu’un souci de mastication peut entraîner des dysfonctionnements, problématiques lors de la croissance.

Le Docteur Esther Chekroun est reconnue pour ses traitements d’orthodontie précoce et reçoit les enfants dès l’âge de 4 ans, dans une atmosphère détendue.

Ces consultations peuvent intervenir au démarrage d’un suivi sur le long terme ou si des signes précurseurs apparaissent.

Une des deux mâchoire trop avancée ou trop en arrière

Béance antérieure 

Déviation d’une des 2 mâchoires sur le côté

Voici quelques signes avant-coureurs que doivent identifier les parents :

  • Déficit de mastication lors des repas,
  • Grincement des dents à l’éveil ou lors de la nuit,
  • L’enfant respire la bouche ouverte, y compris pendant son sommeil,
  • Dents de lait qui se touchent devant,
  • Difficultés d’élocution,
  • Malocclusion dentaire : défaut dans l’alignement des dents du haut et du bas,
  • Une des deux mâchoire trop avancée ou trop en arrière,
  • Succion du pouce ou de la tétine,
  • Béance antérieure (dents du haut et du bas qui ne se touchent pas devant),
  • Déviation d’une des 2 mâchoires sur le côté (l’enfant serre les dents en déviant à droite ou à gauche).

Des problématiques peuvent mettre la puce à l’oreille, comme des soucis posturaux ou sur la sphère osseuse crânienne. Certains enfants peuvent être orientés pour une consultation d’orthodontie précoce par un autre professionnel de santé : orthophoniste, ORL, ostéopathe, etc.

Le traitement dentaire approprié sera mis en oeuvre après une ou plusieurs consultations préalables, dont une prise d’empreinte de la dentition, des photos et des radiographies.

Le but de l’orthodontie précoce est d’éviter et/ou de minimiser toute autre chirurgie ou pose d’appareils à l’âge adulte ou lors de l’adolescence, ainsi que l’extraction future de dents définitives.

Une des deux mâchoire trop avancée ou trop en arrière

Béance antérieure 

Déviation d’une des 2 mâchoires sur le côté

Voici quelques signes avant-coureurs que doivent identifier les parents :

  • Déficit de mastication lors des repas,
  • Grincement des dents à l’éveil ou lors de la nuit,
  • L’enfant respire la bouche ouverte, y compris pendant son sommeil,
  • Dents de lait qui se touchent devant,
  • Difficultés d’élocution,
  • Malocclusion dentaire : défaut dans l’alignement des dents du haut et du bas,
  • Une des deux mâchoire trop avancée ou trop en arrière,
  • Succion du pouce ou de la tétine,
  • Béance antérieure (dents du haut et du bas qui ne se touchent pas devant),
  • Déviation d’une des 2 mâchoires sur le côté (l’enfant serre les dents en déviant à droite ou à gauche).

Des problématiques peuvent mettre la puce à l’oreille, comme des soucis posturaux ou sur la sphère osseuse crânienne. Certains enfants peuvent être orientés pour une consultation d’orthodontie précoce par un autre professionnel de santé : orthophoniste, ORL, ostéopathe, etc.

Le traitement dentaire approprié sera mis en oeuvre après une ou plusieurs consultations préalables, dont une prise d’empreinte de la dentition, des photos et des radiographies.

Le but de l’orthodontie précoce est d’éviter et/ou de minimiser toute autre chirurgie ou pose d’appareils à l’âge adulte ou lors de l’adolescence, ainsi que l’extraction future de dents définitives.

Orthodontie précoce : un traitement adapté pour éviter les futurs problèmes dentaires

Suivant le problème identifié, une modification des mauvaises habitudes peut être installée : arrêt de la succion du pouce, aide d’un orthophoniste, d’un kinésithérapeute pour des dysfonctionnements de la déglutition et de la respiration, etc.
Cependant, une intervention correctrice préventive peut être réalisée dès la pousse des dents de lait.
L’action de corriger les problèmes dentaires de l’enfant est souvent appelée « orthodontie interceptive » : le praticien n’agit pas sur les dents en elles-mêmes mais sur les mâchoires, qui, à cet âge, sont encore « malléables ». L’ossature de l’enfant est en train de se développer, la correction se fait donc en accompagnant doucement sa croissance.
Pour cette raison, tout appareil dentaire posé à un âge précoce est plus efficace que plus tard lors de l’adolescence par exemple, où la croissance des mâchoires est déjà bien avancée et les interventions orthodontiques plus lourdes.
De même, les corrections installées dès le plus jeune âge sont plus durables sur le long terme : la poussée des dents définitives se fera sans contraintes et de façon optimale. Un tel traitement évitera dans la majorité des cas les soucis futurs des dents définitives, à l’adolescence notamment.
Enfin, cette orthodontie interceptive intervient sur un temps beaucoup plus court que les traitements plus tardifs. Rappelons que l’orthodontie est prise en charge par la sécurité sociale quand le traitement commence avant 16 ans sur seulement 6 semestres : les traitements d’orthodontie précoce durent en moyenne 1 à 2 semestres.
Notons aussi que les traitements récents sont plus doux et bien moins douloureux.

Si l’orthodontie précoce ne met pas l’enfant à l’abri d’autres corrections futures à 100 %, celles-ci seront bien moins handicapantes et plus rapides que sans des soins effectués durant la petite enfance.

Des appareils dédiés aux plus jeunes

Le traitement dentaire approprié sera mis en œuvre après une ou plusieurs consultations préalables, dont une prise d’empreinte de la dentition, des photos et des radiographies.
Une fois la problématique identifiée, le chirurgien-dentiste proposera la solution orthodontique la plus efficace et la moins invasive pour le bien du jeune patient.
Il existe des appareillages fixes et des solutions amovibles.

Le praticien pourra opter pour des systèmes amovibles de deux sortes :

Des appareils d’éducation fonctionnelle

Sortes de gouttières ressemblant aux « protège-dents » des sportifs à porter la nuit et 1 heure minimum par jour. Le but 1er de cet appareil est de repositionner correctement la langue et les muscles de la bouche qui sont très souvent la cause des malocclusions chez le jeune enfant. Ces appareils ayant beaucoup évolué, ils permettent aussi s’ils sont assidument portés, de recalibrer les interactions entre les dents, les mâchoires, les articulations, etc. Ils réduisent la malocclusion, facilitent la respiration, rééquilibrent la mastication, etc. L’emboîtement des mâchoires sera corrigé et les futures dents fourniront un terrain propice à une poussée des dents définitives dans de bonnes conditions.

Des aligneurs invisibles

Plutôt réservées aux dentitions mixtes (dents de lait et définitives), des ailettes sont intégrées à des gouttières réalisées grâce à une empreinte millimétrée, pour redresser les dents et améliorer l’occlusion. Ce système, baptisé Invisalign, présente l’avantage d’être quasiment invisible. Les enfants peuvent également porter des aligneurs simples.

Le praticien pourra aussi opter pour des appareillages fixes :

Un disjoncteur intermaxillaire

Posé et collé sur le palais, il permet une croissance harmonieuse de la mâchoire supérieure en largeur,

Des traitements multi-attaches

Les fameuses bagues attachées directement sur les dents et réglant leur écartement sont aussi envisageables pour les plus jeunes, nous pouvons ajouter à cela des élastiques. Ces traitements sont dans des cas très particuliers et pour une courte durée en général (6-12 mois).

Avant de prendre une décision, le praticien analyse méticuleusement les photos, radios et scanners. Il prend bien évidemment en compte aussi les demandes émises par l’enfant et ses parents lors de la première consultation au cabinet.

Des rendez-vous de suivi avec le dentiste sont bien entendu mis en place régulièrement pour évaluer la progression des soins, régler l’appareil…

Les docteurs Esther et Tsyonn Chekroun et toute son équipe accueillent enfants, adolescents et adultes dans leur cabinet dentaire, situé à Villeurbanne à la frontière de Lyon.
Prendre un rendez-vous assez jeune permet non seulement de réduire les problèmes futurs mais aussi d’avoir un seul interlocuteur professionnel tout au long du développement de la dentition.